De la folie de rouler à droite

Poster un commentaire

13 août 2012 par Cassandwe

Image

Un jour, Napoléon, ce grand coquin, décida, out of the blue, que les Français se battraient dorénavant à droite afin de déstabiliser leurs adversaires qui, parce qu’en majorité droitiers, portaient l’épée à gauche et se battaient donc à gauche. Parce qu’il a accompli de nombreuses autres prouesses telles que l’élaboration des Codes civil et pénal, ce n’est pas ce que les Français ont retenu de lui. Cependant, dans le temps, il en a fait un des symboles forts de sa domination et de son aversion pour les Anglais.

Pourtant, malgré cette culture française de la droite, depuis que je suis toute minus, je m’entraîne à écrire de la main gauche: j’ai toujours voulu être gauchère.

J’ai très vite senti que les gauchers étaient différents, et sans entrer dans le cliché, mon rêve le plus cher était de faire partie de ce cercle un peu particulier et très fermé d’artistes, d’ingénieurs, d’audacieux, de cerveaux atypiques. Enfin, ce n’est pas tant les cerveaux qui sont atypiques que la manière dont leurs propriétaires les utilisent.

Je passe cette année en Australie, qui depuis 1901 n’est plus une colonie britannique, où, tout comme au pays du pied droit de David Beckham (les expertes reconnaîtront la référence), les voitures roulent à gauche, les volants sont à droite, et les piétons regardent à droite avant de traverser.

L’Australie, du moins le peu que j’en ai découvert jusqu’à présent, correspond bien à l’idée que je me fais d’une gauchère: créative, innovante, audacieuse.

A l’image des Etats-Unis, elle est majoritairement peuplée de descendants d’immigrés, Européens ou Asiatiques, elle est par conséquent profondément multiculturelle. Même si, à l’aube de sa construction nationale, l’Australie les a laissés de côté – c’est le moins qu’on puisse dire, les Aborigènes participent fortement de cette multiculturalité. Aujourd’hui, la tendance est à la redécouverte de leur civilisation, de leurs valeurs, de leur art, de leur mode de vie, de danse. C’est dans ce contexte que l’Opéra de Sydney propose Terrain, un spectacle de danse aborigène.

http://www.sydneyoperahouse.com/whatson/bangarra_terrain.aspx

L’art australien est jeune et nouveau, à l’instar du pays. Il questionne par conséquent les piliers de l’art européen classique, et dans ce sens, il est gaucher: innovant et audacieux, l’Opéra de Sydney en est le symbole éclatant; mais il également un peu gauche, maladroit.

L’Australie est aussi très audacieuse en termes de gastronomie. Ses spécialités? Bière-Barbecue-Vegemite. L’audace ne réside pas dans le barbecue de kangourou, qui n’est que peu pratiqué, mais plutôt dans la Vegemite, pâte étonnante, qui de prime abord peut faire penser au nutella… mais n’a rien à voir. Elle est constituée d’extraits de végétaux -je ne sais pas très bien lesquels, et son goût est très salé et très marqué.

A l’époque, c’est Napoléon qui a fait son grand fou en instaurant la règle excentrique de « Je me poste à la droite de mon adversaire alors que c’est plus pratique de l’avoir sur ma droite », règle qui a eu tant d’impact sur la France, l’Europe, et le monde, puisque c’est de là qu’est partie la mode de se déplacer sur le côté droit -sans en devenir crabe, et qui a fini par nous faire rouler à droite.

Aujourd’hui, parce qu’elle continue de rouler à gauche et d’avoir les caractéristiques d’une gauchère, c’est l’Australie qui fait preuve d’audace.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :